Mieux vivre avec la fibromyalgie

La sophrologie et l’hypnose peuvent aider à apaiser et diminuer les symptômes liés à la fibromyalgie en permettant de contacter la douleur de manière différente tout en diminuant son intensité et peuvent également apporter un réel soutien à la personne qui en souffre.

Renouez avec vous même.
Maîtrisez la douleur.

 

La fibromyalgie, est une maladie associant des douleurs musculaires, articulaires diffuses, une grande fatigue, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs mineurs et des troubles de l’humeur d’intensité variable.

Deux millions de Français souffrent de fibromyalgie, principalement des femmes entre 35 et 60 ans.   

L’Organisation Mondiale de la Santé, l’Académie de médecine et la Haute Autorité de Santé ont reconnu en 2006 la fibromyalgie comme une pathologie à part entière.

Face à cette maladie, le sentiment d’impuissance,  le sentiment de ne pas toujours être écouté, compris,  dans cette souffrance d’un corps fatigué, épuisé par la douleur chronique finit par démoraliser, et peut  créer un cercle vicieux d’anxiété et de déprime.

Comment l’accompagnement peut-il m’aider à sortir de cette spirale ?

 

La sophrologie et l’hypnose peuvent aider les personnes qui souffrent de fibromyalgie.

Le travail consiste, dans un premier temps, à aider les personnes souffrant de fibromyalgie à atteindre un état de détente physique mental et émotionnel grâce à des exercices de relaxation dynamique qui vont associer des mouvements corporels lents, la respiration contrôlée et un relâchement musculaire.

Dès la troisième séance les résultats sont efficaces, et facilitent la seconde étape, celle de l’accompagnement sur la gestion de émotions, la diminution de l’anxiété.

La sophrologie et l’hypnose interviennent également sur la douleur elle-même grâce à des exercices de visualisation associés à des suggestions mentales.

La douleur est isolée, modifiée, grâce à ce travail de visualisation effectué dans un état de relaxation. Durant l’exercice, on peut demander à la personne de se représenter mentalement sa douleur. Si elle avait une forme, à quoi ressemblerait-elle ? Quelle est sa couleur ? Quelle est sa texture ? Et progressivement, on apprend à modifier sa douleur. On passe, par exemple d’une forme piquante à une forme arrondie, de la couleur rouge au bleu, le barbelé se transforme en cachemire…. Progressivement on se détourne de ses sensations douloureuses pour les enrayer.

Les exercices pratiqués au quotidien entre les séances sont essentiels car ils vont venir renforcer les ressentis positifs et consolider les prises de conscience de mieux-être.

5 séances, avec la pratique entre les séances, peuvent apporter une réelle autonomie sur la gestion de la douleur ainsi que de l’anxiété qui peut être associée.

Ensemble, allégeons votre quotidien.